Vous n’êtes pas sans savoir que le Musée des Arts Décoratifs célèbre actuellement l’anniversaire marquant les 70 ans de la création de la maison Christian Dior. Je ne pouvais évidemment pas ne pas y aller !

Nous nous sommes inscrits à une visite guidée, histoire de mieux comprendre l’histoire de cette fabuleuse maison et de découvrir l’essentiel des pièces à voir. Nous y sommes allés un samedi après-midi : vous ne pouvez pas imaginer le monde qu’il y avait, je n’ai jamais vu ça !!! L’avantage aussi de cette visite de groupe, outre le fait que ça ne coûte que 6€/personne, c’est que nos billets étaient coupe-fil : nous sommes entrés directement sans avoir à faire la queue ! Et ça très franchement c’est le top du top !

Cette exposition, vous vous en doutez, est très riche et dense, nous n’avons hélas pas pu tout voir ni tout apprécier vu le monde qu’il y avait… Mais nous avons, malgré la foule, découvert l’univers de cette maison et de son créateur avec beaucoup de joie. Une sélection de plus de 300 robes de haute couture conçues de 1947 à 2017 sont présentées dans une scénographie que j’ai trouvée absolument époustouflante !!! Je crois que tous les visiteurs sont tombés sous le charme de cette exposition féérique et majestueuse (3 000 mètres carrés d’exposition !). Vous avez jusqu’au 7 janvier 2018 pour découvrir cette exposition : foncez ! Vous ne serez vraiment pas déçus !!!

La maison Dior a connu 6 couturiers depuis le décès inattendu en 1957 de Christian Dior alors en pleine gloire : Yves Saint Laurent, Marc Bohan, Gianfranco Ferré, John Galliano, Raf Simons et tout récemment Maria Grazia Chiuri, première femme à prendre la direction de la maison Dior !

La première salle de l’exposition est biographique, elle raconte toute l’histoire de Christian Dior, de sa naissance jusqu’à sa mort. La photo ci-dessous montre Dior partant vers l’Italie, sa destination finale…

Saviez-vous que la famille de Christian Dior était spécialisée dans la fabrication des engrais ? Dans les années 20, ils développent la fabrication des lessives et créent la javel Dior et la fameuse lessive Saint-Marc…

Le jeune Christian Dior que l’on voit ci-dessous sait immédiatement ce qu’il ne veut pas faire : travailler dans les usines paternelles car c’est pour lui un pur calvaire ! Comme le montre le portrait ci-dessous, Christian Dior n’a pas du tout l’aspect de quelqu’un voulant travailler en usine !

Vous n’êtes pas sans savoir que Dior était quelqu’un de superstitieux et qui se passionnait pour l’astrologie… Il s’est entouré tout au long de sa vie de diseuses de bonne aventure ! Il a rencontré sa première voyante à l’âge de 14 ans, c’est vous dire ! C’est ainsi qu’une chiromancienne lui a dit un jour ceci : « vous vous trouverez sans argent, mais les femmes vous seront bénéfiques et c’est par elles que vous réussirez. Vous en tirerez de gros profits et vous serez obligés de faire de grandes traversées. » Nous, on connaît la suite !

Ci-dessous, c’est l’étoile sur laquelle Dior a buté dans la rue, un jour de 1946 : cette étoile est devenue son porte-bonheur, son étoile de Berger qui lui montrera le chemin à suivre. C’est ainsi que Dior a décidé, ce jour-là, de prendre en main son destin en décidant d’ouvrir une maison à son nom ! Et si vous regardez bien les collections de Dior, l’étoile, le trèfle à 4 feuilles, le chiffre 8, tous ces symboles sont partout ! Il parait que celles qui travaillent encore aujourd’hui pour la maison Dior ont toutes leur petite étoile !

Avant d’être le grand couturier que nous connaissons, Christian Dior était galeriste ! Il était entourés d’artistes célèbres  : Giacometti, Dalí, Max Jacob, Jean Cocteau… Ce dernier disait de Dior : « un nom magique qui comporte ceux de Dieu et or ».

La photographie chez Dior est primordiale ! Christian Dior a vite compris l’intérêt de la photographie pour démultiplier l’impact de ses créations. Il fait ainsi appel aux plus grands photographes. De nombreuses photographies de mode sont ainsi présentées, mettant souvent à l’honneur Paris et notamment la tour Eiffel…

L’une des premières robes d’Yves Saint Laurent chez Dior est immortalisée par Richard Avedon dans la très célèbre photographie de 1955 « Dovima et les éléphants ». Petite anecdote : en 2010, un tirage de cette photographie a été adjugé 841 000 euros chez Christie’s !

On entre ensuite dans le vif du sujet avec les collections des couturiers de renom qui ont succédé à Christian Dior. Je ne vais ici passer en revue toutes les somptueuses robes que j’ai vues… Je vais plutôt vous montrer les pièces qui m’ont interpellées ou que j’ai particulièrement aimées.

J’ai beaucoup aimé découvrir la salle qui nous présente, à travers des vitrines, une multitude de robes miniatures, rangées par couleur ! Il faut savoir que toutes ces robes sont les fidèles répliques de robes haute couture réalisées dans les chutes de tissus (pas de gâchis !). Elles sont toutes réalisées à la main et cousues au millimètre près et semblables aux originaux jusque dans leurs moindres détails !

Ces miniatures sont de vrais bijoux de création, j’étais complètement sous le charme !

La fameuse robe Junon, en miniature !

et la voici au format « normal » : le jupon de cette robe représente des pétales de fleurs.

Au passage, avez-vous vu ces escarpins et la manière dont est placé le talon ! Incroyable !

On ne compte plus le nombre de Unes !

Dior est fasciné par le XVIIIe siècle, sa grandeur et son élégance : on retrouve ainsi l’esprit de Versailles, du Trianon, le faste de Marie-Antoinette…

Pour info le tour de taille de cette robe est de 46 cm…

Ci-dessous, une robe de John Galliano : la robe Madeleine (2005) très sobre à première vue sauf que, en fait, cette robe est très largement transparente !

Le parfum mis en valeur sur son présentoir inspiré du Temple de l’Amour au Petit Trianon de Versailles (1950) :

Y’a pas à dire, les robes créées par John Galiano attirent le regard et je ne peux pas faire autrement que de vous les montrer ici :

Sur le thème de l’Espagne, avec cette robe aux superbes volants finis de biais :

Cette robe est réalisée avec de la peau de python, oui, oui !

Passons à une autre ambiance : l’univers floral est pour Dior absolument incontournable ! Saviez-vous que Dior était fasciné par les fleurs ? “J’aimais par-dessus tout apprendre par cœur les noms et descriptions de fleurs dans les catalogues en couleurs de la maison Vilmorin-Andrieux.” On retrouve ainsi sa passion des fleurs tout au long de ses collections : sa vision de la « femme-fleur » est par conséquent omniprésente. Christian Dior a également dit : « après les femmes, les fleurs sont les créations les plus divines. »

Nous entrons ici dans un parcours où les fleurs et feuilles blanches descendent du plafond. Le rendu est absolument superbe !

Au beau milieu de cette ambiance, on retrouve des créations sur le thème des fleurs, of course !

Dans cette robe très très vaporeuse, se cachent des coquelicots ! L’idée de Maria Grazia Chiuri était d’avoir l’impression, en portant cette robe, de traverser un champ de coquelicots !

Les broderies sur cette robe bustier (Raf Simons – 2013) sont faites sur du tulle : un travail colossal demandant dextérité et minutie…

La robe appelée « Ermite du gazon » et créée par Gianfranco Ferré est recouverte de broderies effet herbe / gazon. Amusant, non ?!

Petite anecdote concernant la robe blanche ci-dessous : à l’heure où l’informatique n’existait pas encore (1961), deux célébrités se sont retrouvées habillées toutes les deux par cette même robe lors du festival de Cannes ! Vous imaginez l’embarras…. Aujourd’hui ça ne pourrait plus arriver, c’est certain !

La robe ci-dessous de Raf Simmons a été portée en 2012 par Nathalie Portman : une robe du soir en organza blanche brodée de mousseline dégradée façon pointilliste. Le travail réalisé sur cette robe est absolument dingue car il y a des milliers de petits carrés de mousseline brodés qui ne mesurent qu’1 cm de côté !!!

Parlons à présent des parfums !

Deux personnes travaillant dans l’usine Dior étaient présentes pour discuter de leur travail avec nous. J’ai trouvé ça vraiment chouette !

Il faut savoir que le premier parfum créé par Dior est Miss Dior (1947) en l’honneur de Catherine, la sœur du couturier que l’on surnommait Miss Dior !

Il faut savoir que Catherine a été une grande résistante pendant la guerre. Elle a été arrêtée par la Gestapo en 44 et torturée mais a toujours refusé de parler, contribuant ainsi à sauver son réseau. Elle a été par la suite déportée au camp de Drancy puis dans le camp de Ravensbrück… Elle sera libérée en 45.

Restons en 47 avec cette robe mythique, la pièce maîtresse de cette exposition : le tailleur de la collection New-look !

« Christian Dior a profondément modifié l’image de la femme, renvoyant au passé la silhouette masculine des années de guerre. Ses robes expriment une féminité moderne, celle de sa femme-fleur, dessinant un corps aux courbes sinueuses. Les épaules sont douces, la poitrine précisée, la taille marquée et les hanches magnifiées par l’envolée des jupes corolles. »

Avez-vous avez remarqué que la taille est très marquée, voire étranglée ? Et bien, figurez-vous que le tour de taille de cette robe est de 46 cm !

Superbe cette esquisse, non ?!

La voici en version miniature :

Voici l’interprétation de Maria Grazia Chiuri de cette robe (2017) réalisée en hommage au créateur : tailleur Bar à double basque plissée et pantalon plissé soleil : Maria Grazia Chiuri, qui a une vision engagée de la féminité, libère le corps de la femme avec un tour de taille beaucoup plus décent et une jupe longue qui n’en est pas une, puisque c’est un pantalon !

Autre interprétation, ici en prêt-à-porter : la veste est ouverte sur un t-shirt (R)évolution et un jupon noir transparent. Pour info le t-shirt coûte 500 € ! Si toutefois vous auriez aimé l’acheter, je suis au regret de vous annoncer qu’il est en rupture de stock !

Parlons à présent à la dernière salle du parcours et du cadre somptueux de la nef ! La salle est décorée telle une salle de bal à l’époque de Versailles avec des jeux de lumière du meilleur effet !

Et l’instant d’après, elle scintille de mille feux (clin d’œil aux étoiles porte-bonheur de Dior) :

Les robes présentées ci-dessous ont toutes été portées par des célébrités : « des stars en Dior ! »: de Rita Hayworth à Marilyn, en passant par Isabelle Adjani à Marion Cotillard. Même les Reines et premières dames choisissent elles-aussi la maison Dior !

La robe bleue façon nuisette que vous voyez ci-dessous a fait scandale en 1996 : elle a été portée par Lady Diana lors d’une soirée importante….

La robe ci-dessous est une robe conçue pour une femme enceinte ! Elle a été portée par Nathalie Portman en 2017 :

Autre salle que j’ai trouvée absolument incroyable : la salle des toiles !

C’est tout en hauteur que l’on découvre toutes ces mannequins de couture portant des prototypes : on y voit tout le savoir-faire des couturières, les techniques de moulage employées, la minutie et la précision apportée à chaque toile…

Voici d’autres photos de toiles :

Voilà pour cette exposition, j’espère qu’elle vous donnera envie d’aller la voir, si ce n’est déjà fait… En tout cas, moi, J’ADIOR !

Publicités